Année symbolique

La trêve des confiseurs symbolisme et dimension ésotérique

La trêve des confiseurs

la trêve des confiseurs

La trêve des confiseurs est, en France, le nom de la période se situant entre Noël et le jour de l’an, passée au repos tant sur le plan diplomatique que sur le plan des affaires et pourquoi pas sur le plan familial, amical, social.

L'expression se souvient peut-être de la trêve de Dieu, confirmée en France par le roi Saint Louis vers 1245 : l'Église catholique romaine ordonnait que les combats guerriers soient arrêtés pendant la période de l'Avent à Noël.

Cette expression est apparue en France vers 1875, à l'occasion des vifs débats, à la Chambre, entre monarchistes, bonapartistes et républicains. En décembre 1874, « d'un commun accord, tous les groupes de la Chambre jugèrent que l'époque du renouvellement de l'année était peu propice à des débats passionnés. À cette occasion la presse satirique imagine le mot de « trêve des confiseurs ».

L'expression est désormais utilisée pour décrire la trêve hivernale, traditionnellement suivie en France, et est utilisée pour désigner l'accalmie traditionnelle de fin d'année des politiciens, sur les marchés boursiers, ainsi que la pause sur les terrains de football. Ce sont donc les politiques, les sportifs et les banquiers qui l'appliquent. Pourquoi pas nous ? 

Une fois l’origine historique comprise, il convient d’appliquer cette trêve dans nos vies et il est question ici de conflits. Avant que de pouvoir envisager de pardonner, apprenons déjà à arrêter ces conflits, faisons la paix, même pour une courte période, avec nous-mêmes, en descendant en pression de colère,  puis avec les autres. Décider d'une trêve familiale, amicale, sociale c'est considérer que l'offense n'est sans doute pas aussi absolue, irrémédiable ? Puis cette paix provisoire pourra, peut-être, déboucher sur une paix définitive. Le recul permet parfois de faire cesser les hostilités qui n'auront plus aucune "vie énergétique propre" le 2 janvier…

Catherine d'Auxi – Voyante Médium et cartomancienne (cliquez sur le nom pour visiter le site de voyance)

Pour une consultation de voyance avec Catherine d’Auxi (cliquez sur les liens)

© Catherine d’Auxi Droits réservés (copyright)

3 Comments

3 Comments

  1. Yann

    9 janvier 2015 at 10 h 43 min

    La Religion, la Foi et de l’usage que nous en faisons, nous les humains, nous laissent devant nos propres responsabilités.
    Le satirique est un exercice frontal qui, comme l’ironie agressive s’attirent tous deux et depuis toujours, de vilaines représailles. On en voit le triste exemple et on ne peut que le déplorer.
    A titre personnel, je n’aimais pas tant que cela leur travail quasi politisé et souvent offensant mais le droit à l’expression même teinté de méchancetés plus ou moins graduelles est indiscutable. L’humour est une disposition de l’esprit, il est donc forcément à géométrie variable.
    Je partage une grande peine avec toutes et tous devant ce qui se présente comme le visage de l’horreur. Ils étaient anars, communistes, athées, agnostiques, cela n’empêche pas de prier pour eux, les victimes, comme pour les assassins, victimes eux, de leur aveuglement. La vertu de la Foi est d’agir de la sorte, pour la Communauté toute entière sur une base de bienveillance absolue à l’égard de toutes ses composantes, bonnes et mauvaises.
    On ne dit distribue pas ses prières et son recueillement à la carte, on le donne à tous sans retenue. Ainsi est la piété, généreuse car elle ne juge pas.

    • Catherine

      9 janvier 2015 at 11 h 57 min

      Je partage absolument ces propos. Je ne cesse de me dire que tout cela ne justifie et ne justifiera jamais la mort.
      Je suis d’une tristesse incommensurable et moi aussi, même s’ils n’auraient pas forcément aimé, je prie pour eux. Après tout, qu’on y croit ou non, la prière ne fera jamais de mal à personne.
      Je cite :
      “Aimons notre prochain comme nous-même. Et si quelqu’un ne veut pas l’aimer comme lui-même, qu’il s’abstienne au moins de lui faire du mal et lui fasse du bien.” Saint François d’Assise. C’est ainsi que pense un chrétien.
      Catherine

  2. Volkersen

    7 janvier 2015 at 17 h 00 min

    Bonjour Catherine,
    L’actualité rejoint tragiquement votre article ! En effet, la presse satirique représentée par le magazine français: “Charlie Hebdo”, a été attaquée aujourd’hui dans la rue même qui porte le nom d’un inventeur, d’un Confiseur, Nicolas Appert. Malheureusement, de trêve, point. Un cauchemar éveillé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce blog est dofollow ! 

To Top
Boosté par WP-Avalanche