Conversations spirites

Vous étiez enfant – Texte spirite 27

Vous étiez enfant – Texte spirite 

« Avis aux personnes mineures : Les messages médiumniques destinés au grand public mais accessibles à tous les visiteurs de cette Page sont des messages à relativiser afin de ne pas souffrir de perturbations. Il vous revient d’être critique de votre émotivité et d’en parler avec autrui, voire de m'adresser un mail si des conceptions, théories, paradigmes insolites viendraient à vous bouleverser plus que de raison ». NDA

Vous étiez enfant et vous chantiez en riant, vous étiez enfant et vous pensiez que tout cela durerait toujours, que le fil du temps vous serait continuellement d’un bénéfice délicat et infini. Aux petites contrariétés de la journée, vous opposiez bien quelques jeux réparateurs, comme des délices sucrés dont on ne pourrait se lasser… Etre enfant, c’était, vous en vous souvenez peut-être, ce temps où l’acceptation de la terre et de ses occupants était sinon le principal défi journalier, une sorte de passage obligé ; déjà, fermer les yeux s'avérait une option. Il y avait l’organisation familiale, il y avait l’école et puis la découverte de votre environnement par cercles concentriques, « la région » vous disait-on, mot bien vague pour définir un espace mais tout cela prenait tout de même et peu à peu, forme en vous. C’était facile, il suffisait de prendre et de garder en souvenir les vues et les ensembles, structures comprises, les odeurs et les textures…

Les années passant, la terre, par le prisme des lectures ou de ce qu’on pouvait vous en dire, par l’œilleton télévisuel délirant, avait bien des charmes mais dans un coin de votre tête, vous deviniez déjà qu’il y aurait dans un idéal acceptable quelques couleuvres à avaler… C’est que les humains étaient aussi difficiles à apprivoiser que les petits singes du zoo d’à-côté, tantôt vrais et sérieux, tantôt mutants et farceurs, à cette époque, vous aviez fait en secret, ce subtil parallèle entre vous et les adultes… Ils sont, nous sommes mais… je suis !

C’est peut-être toutes ces raisons empilées les unes par-dessus les autres qui vous poussaient à faire autant de balançoire, après tout, vous étiez un enfant, on vous le serinait du matin jusqu’au coucher du soleil, alors, pourquoi ne pas y grimper dare-dare à la moindre occasion ? Pourquoi ne pas échapper aisément à cette attraction terrestre ? Cette balançoire n’était qu’à vous, les adultes, à vrai dire, n’y montaient jamais ou rarement…

Si même à l’envers la vie est renversante, le vertige aussi est enivrant, s’isoler de la sorte, n’était-ce pas tenter encore et encore de s’offrir des perspectives venues de nulle part ? Et en fermant les yeux, c’était aussi les mêmes sensations ; rester, partir, fendre l’air en étant poussé dans le dos, quoi de plus agréable, de léger et de renversant… Comme une envie sourde que cela ne s’arrête jamais…

Et puis, en grandissant, la balançoire a rouillé, elle a même disparu, peut-être l’avons-nous tous négligée, toujours est-il qu’était venu le temps des renoncements aux tournis pour d’autres réalités bien concrètes du genre de celles qu’il ne faut jamais perdre de vue. Etre un homme ou une femme exige le sérieux et l’application, la présentation et l’insistance, la pugnacité et le pragmatisme…

vous étiez enfantQuelle est loin votre balançoire, celle qui vous transportait, celle qui vous procurait frissons, rires et sourires, celle qui vous offrait dans son élan le plus haut, le ciel à votre portée… C’était un privilège, vous ne le saviez pas, c’était un rêve, vous ne le saviez pas non plus mais, nous l’acquiesçons maintenant, seuls les rêveurs sont partis loin sans en revenir, les autres sont restés là, penauds et défaits sur les côtés et forment aujourd’hui les cohortes des désenchantés qui arpentent leur existence, et la nôtre, avec toujours plus de culpabilités et de récriminations… Je suis d’accord avec vous, soit il y a un loupé quelque part, soit plane une injustice sans coupable… Est-ce possible ?

Vous aviez, enfant, ce choix de vous envoler pour toujours, vous ne l’avez pas fait puisque vous êtes là, vous vous êtes contentés au mieux d’observer les oiseaux. Que faites-vous donc là, les deux pieds sur terre sinon à n’entendre et voir que vous-même… ? Pour ma part, j’ai un soir demandé et obtenu une dérogation, j’ai rêvé, la nuit suivante, de cette balançoire et même, quelqu’un m’y attendait, quelqu’un d’avenant et de noble, il m’a proposé de me pousser, je me suis assis et les étoiles sont venues jusqu’à moi, la lune brillait jusque dans mon cœur… la terre et ses contraintes étaient si loin. Puis l’aube est venue, les étoiles sont allées se cacher…

Mon âme, voyez-vous, en avait besoin, elle a su me le dire, elle a su me prédire le lieu, l’endroit et l’heure, alors, je m’y suis présenté. Les voyages sont, de jour comme de nuit, des entreprises qui agrémentent le quotidien, alors, pensez, à ce compte-là, l’éternité ravirait n’importe qui… Vous aussi devriez y songer sérieusement.

Les parents achètent des balançoires à leurs enfants afin qu’ils fassent les voyages qu’ils ne peuvent plus faire. Une petite concession câline dans leur pré carré de l’ordre et de la justice toute puissante. Entre équilibre et déséquilibre, un soupçon de laisser-aller…

Vous étiez enfant et vous chantiez en riant, vous étiez enfant et vous pensiez que tout cela durerait toujours… Pourquoi pas ?

Yann d'Auxi Médium Spirite (cliquez sur le nom pour visiter le site de voyance)

Pour consulter Catherine d'Auxi (cliquez sur les liens)

Copyright – Catherine d'Auxi (droits réservés)

1 Comment

1 Comment

  1. Carole

    15 octobre 2016 at 13 h 27 min

    Magnifique texte Yann, qui résonne comme un appel à célébrer l' enfant toujours vivant en chacun de nous, parfois tapi à notre insu dans un coin de notre coeur inconscient, merci pour ce cadeau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce blog est dofollow ! 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top
Boosté par WP-Avalanche