Une parole un coup de pouce - Diamant Voyance
Conversations spirites

Une parole un coup de pouce les bienfaits éternels – Texte spirite 21

Une parole un coup de pouce les bienfaits éternels – Texte spirite

Illustration : Au fil de l’eau – Patrice Bourdin

« Avis important : Les messages médiumniques destinés au grand public mais accessibles à tous les visiteurs de cette Page sont des messages à relativiser afin de ne pas souffrir de perturbations. Il vous revient d’être critique de votre émotivité et d’en parler avec autrui, voire de m’adresser un mail si des conceptions, théories, paradigmes insolites viendraient à vous bouleverser plus que de raison ». NDA

Appelez maintenant Catherine d’Auxi  Médium au  02.96.38.04.52 pour une consultation de Voyance ou

 

Les conseils pour réussir sa vie sont très sympathiques à entendre mais hélas, couramment dépréciés. Intellectuellement, philosophiquement, spirituellement, sommes-nous à même de réaliser objectivement avoir réussi notre vie ? Que signifie exactement l’accomplissement d’une trajectoire ? D’une œuvre ? Et puis, au fond, qu’est-ce que le but en soi et la perception parcellaire ou toute entière que l’on peut s’en faire alors que les éléments de nos existences sont a priori disparates mais forts logiques entre eux ? Ils semblent d’ailleurs ces grands et petits détails, se donner la peine de nous caractériser et avoir parfois comme seuls buts de nous faire obstacles ou de nous favoriser, ce qui ouvre grand la porte aux tergiversations intérieures. Parfois, aussi surprenant que cela en a l’air, ils soufflent en nous les deux en même temps, faveurs et barrages !… Que faire ?

Je m’interroge voyez-vous, un conseil d’Ami(e) est toujours bon à prendre car il trouve sens tôt ou tard dans notre quotidien mais pour le reste, les œuvres divines, les faits de vie quelques fois bassement terriens font de nous des réceptacles de souffrances, dans ces instants-là, comme il est difficile d’écouter. Si la vie, c’est souffrir, alors, aimer, c’est la joie pure au milieu d’un océan sans cesse hostile. Ne dit-on pas que la destinée est semblable à la barque, tantôt chahutée, tantôt en eaux calmes… ? Réussir sa vie, je le pense ainsi, c’est fructifier une traversée, de la naissance à la mort et puis, à la toute fin, nous penserons regrets et satisfactions d’avoir effectué de bonnes choses utiles qui se dilueront inexorablement face à l’épreuve du temps mais abreuveront l’exemplarité universelle. Réussir sa vie, c’est aimer avoir agi, c’est aimer avoir aidé les autres ; réussir sa vie n’est pas toujours sans l’angoisse de n’avoir pas su faire, d’avoir douté jusqu’à la paralysie, d’avoir mal fait aussi et puis, à l’heure du trépas, une délivrance dans la vérité, la certitude comme l’absolu.

Chacun de vos conseils est précieux. Une bonne suggestion n’a pas de prix et une bonne application de celle-ci contribue au sort enviable. Les humains aiment ceux qui ont su un jour écouter une raisonnabilité. Ce monde est tellement matériel qu’il est voué à la superficialité. Il apparaît bon d’être branché, à la page, plutôt que d’être authentique, conforme à ce que nous sommes réellement, des esprits libres reliés aux fils invisibles de l’espace, commun de préférence. En réalité, l’hyper-connectivité est spirituelle et elle ne se dément pas à l’épreuve du temps. Par contre, les téléphones modernes, les ordinateurs coûteux, eux se dégradent rapidement, ils ne tiennent guère leurs promesses de se révéler solides que sur un laps de temps très court à l’échelle de l’infini. Et pourtant, nous achetons garanties et assurances pour en bénéficier et en profiter, le croit-on durablement ; la connectivité spirituelle, elle, n’a guère ce besoin d’être préservée par l’argent, qui veut s’en servir sans limite, s’y adonner, ne se verra pas dans l’obligation d’y investir sans cesse ses ressources. La différence est là, dans la véritable confiance, dans la structure et dans l’envie de s’accommoder intelligemment de l’outil éternel.

Finalement, la barque que j’évoque, n’est-ce pas celle de Noé qui chargea sur son bateau tous les ressorts de notre animalité interne ? Evoluer sur l’océan de nos épreuves existentielles avec nos pulsions animales, les apprivoiser le temps d’un voyage, d’un déluge, je pense que le défi de survivance est niché là, au creux de notre âme. La spiritualité pourrait dire une chose à ce propos, l’Humain est sa propre folie, son œuvre de vie terrestre n’est-elle pas d’en prendre conscience ? Lorsque les évidences s’imposent clairement, il est déjà temps de rendre l’âme et de gagner un monde apaisé, non sans avoir laissé un vœu d’apostat aux dispositions du mal. L’homélie dédiée au défunt le dit toujours : « C’était quelqu’un de respectable, de profond et de sensible qui ne pensait qu’à faire du bien autour de lui (ou d’elle). Nous nous souviendrons toujours de lui (ou d’elle)… » Ainsi donc, tout le monde serait témoin de l’évolution en bien d’un individu et en témoignerait publiquement à l’heure de sa mort. L’accent de vérité est sincère, les mots choisis, l’intention véritable dans l’hommage appuyé…

La Toussaint aime cela, se souvenir du meilleur des personnes aimées. Le jugement aux autres n’est pas forcément biaisé par l’émotion car il est vrai, tous, nous avons réellement une part de magnificence en nous et sans doute a-t-elle reluit un peu plus un jour grâce à un bon conseil, une bonne parole, un bon exemple venus de l’extérieur. Soyez toutes et tous remerciés de dispenser des phrases que l’on pourrait croire faciles et recuites, elles sont en fait précieuses et toutes réunies en un consensus au bonheur, comment refuser cela ?

Les défunts nous le disent, l’outre-vie, c’est de vous à nous ce qui nous a un jour réunis, un instant de grâce plus qu’un autre à l’échelle de l’infini mais toujours, un moment de joie partagée encore et encore. L’Amour, la considération, nos vœux les plus brillants aux plus célèbres d’entre-nous ; Un jour il est question de notre personne, un autre jour des autres mais invariablement, c’est l’essentiel qui perdure. L’existence, expression divine de ce que nous sommes capables de ressentir malgré les douleurs, les difficultés, les séparations ; toujours, resteront unifiés en nous les ferments sacrés, les appendices de la joie comme de la félicité. Espérez des morts comme les morts espèrent de nous, vous vous sauverez vous-même et surtout, vous abriterez en votre sein, les pauvres de cœur. C’est ainsi que nous devenons le conseil lui-même, en le représentant. L’Amour, ce n’est pas autre chose que de véhiculer la propension heureuse ; être n’est pas un comportement furtif, c’est surtout occuper le besoin des autres, où qu’ils soient.

Le Bien se marie toujours avec les sentiers hasardeux, là où cheminent les perdus et les exclus. Le bon conseil est aussi naturel et indispensable que la rivière en contrebas de toutes les certitudes fragiles. N’aimons-nous pas longer une rivière, un ruisseau ? Bien sûr que si et même, avec un sacré esprit voire un esprit sacré à vivre une aventure… Qu’elle soit fête et impulsion à la méditation !

Ainsi, n’hésitez pas, tout comme Catherine, le fait, à offrir autour de vous et avec gentillesse des préceptes de vie, pour vivre mieux bien entendu mais surtout et nous le savons tous, pour bénéficier de clés à la saine compréhension des choses lorsque certains blocages se font douloureux et persistants.

Bonne Toussaint à tous les lectrices, lecteurs de ce site.

Riwall Llydaw Médium Spirite

Appelez maintenant Catherine d’Auxi  Médium au  02.96.38.04.52 pour une consultation de Voyance ou

 Catherine d’Auxi Droits réservés (copyright)

La Magie n’est et ne sera jamais une science exacte, la réussite des rituels, tout comme l’utilisation des talismans ou Amulettes sont conditionnés, entre autres, au mérite, au respect de la pratique, à la Foi et l’Abandon qui sont de nature humaine donc forcément sujets à caution et à fluctuations. Pratiquer la Magie Blanche est accepter, de fait avec humilité, de ne pas être exaucé systématiquement. Pour plus de détails, reportez-vous à l’article « Rituel de Magie qui ne fonctionne pas ».

Il est expressément précisé qu’il n’est en aucun cas souhaitable de s’intéresser à l’Esotérisme ou de pratiquer la Magie avant l’âge de 21 ans, le Corps Mental en construction n’est pas apte à recevoir les influx énergétiques démultipliés par la pratique. A aucun moment il ne s’agit d’une question de maturité (induite par les incarnations successives) mais uniquement une question de sécurité et particulièrement de sécurité mentale.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce blog est dofollow ! 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top
Boosté par WP-Avalanche