A propos de la Voyance

Souffrir par amour

souffrir par amour

Souffrir par amour

Je vais bien, tout va bien, voilà ce que nous suggère la fameuse méthode Coué. Pourtant, parfois, rien n’y fait. L’amour devient problème et souffrance quand la notion de trop aimer détruit, voire fait vivre un enfer. La dépendance affective est une première façon de souffrir d'amour. 

Il y en a d’autres encore mais le point commun de toutes ces situations est la souffrance qu’occasionne la dépendance.

Le seul moyen de guérir est d’admettre « j’ai mal, je voudrais guérir mais je n’y arrive pas ». La prise la conscience implique la mise en place progressive de solutions permettant au fil du temps, la libération. Encore faut-il la souhaiter.

La dépendance affective, le poison qui rend prisonnier

C’est alors la dépendance, comme pour toute autre forme de drogue. C’est exactement ce que ressentent ceux et celles qui ont un conjoint maltraitant et n’arrivent pas à le/la quitter ; Ou ceux et celles qui amoureux ne vivent qu’à travers le prisme de la passion, et par procuration ; ou encore ceux et celles qui choisissant un partenaire marié (ou pas libre) en souffrent des années durant alors que la donne était claire au départ…

La prison amoureuse… une prison dorée parfois mais il n'en reste pas moins que c'est une prison. Le tout est de savoir si le prisonnier souhaite s'échapper ou y rester ad vitam eternam. Mais il faut surtout cesser de voir la marque de la fatalité dans les échecs amoureux. S'ils sont à répétition c'est que, bien souvent, ils ont été initié lors du choix du partenaire, au moment du "casting". Tellement de raisons psychologiques liées à l'enfance, à l'expérience amoureuse viennent polluer les choix de partenaires.

Une dépendance amoureuse, comme toute forme de dépendance peut s’avérer confortable. S’il n’y a pas dépendance, puisqu’aucune autre forme de relation n’est possible, il y a le vide et ce vide peut être insurmontable. Il est parfois plus simple d’être maltraité(e) que d’être seul(e).

A qui la faute ?

C'est là que la porte de sortie est entrouverte et permet d’admettre le principe du mauvais casting qui permet de repenser ses choix amoureux et d’admettre qu’on n’est en rien responsable de l’attitude de l’autre et surtout qu’on ne mérite en rien un tel traitement.

Dans la relation amoureuse, pas de place pour une victime, ni pour un bourreau. Si c’est de cette nature que l’autre est vécu comme un « salaud » qui fait souffrir, il s’agit de l’admettre non comme une fatalité mais comme une erreur de choix. Considérer non pas « je l’ai bien mérité » mais… « il/elle ne me mérite pas ».

Un chagrin d’amour n’est jamais irrémédiable mais la guérison passe souvent par l’aide extérieure. C’est celle que je vous apporterai, avec Jeanne Esprit relai, dans le cadre d’une consultation de voyance. Il vous est aussi possible de pratiquer la Magie de Libération, soit en vous procurant l'ouvrage Grimoire Secret Magie de Protection, soit en pratiquant le Rituel de Libération de la Nouvelle Lune.

Catherine d’Auxi – Voyante Médium et Cartomancienne

Pour une voyance avec Catherine d'Auxi : Téléphone, Cabinet, Skype

Pour une consultation Magie (diagnostic, moyens à mettre en oeuvre…)

Découvrez le Comptoir de la Voyante unique sur Internet avec des objets, talismans déjà chargés en Magie Blanche.

 Catherine d’Auxi – Droits réservés (copyright)  

2 Comments

2 Comments

  1. Katia

    9 avril 2018 at 18 h 43 min

    Bonjour,

    Je sors d'une liaison où j'étais dépendante de la personne aimée, je ne voyais que par elle et petit à petit je me suis isolée. Je ne voyais plus mes amies. Je vivais qu'à travers elle, j'étais comme une droguée, dès qu'elle était loin de moi j'étais en manque.

    Et puis elle est partie, car cette relation l'étouffait.

    Douche froide pour moi. Et surtout je suis en train de vivre comme un syndrome de sevrage, c'est infernal, la défusion est terrible.

    On se rend compte qu'on est un individu à part entière, même si on est démoli. Le pire c'est que j'ai toujours fonctionné ainsi avec mon ex mari c'était pareil. J'ai besoin de l'amour absolu, or ça n'existe pas. Je me rends à l'évidence. Le plus dur c'est que l'on sait qu'il faut cesser de fonctionner ainsi, mais quand on connaît que ce schéma, eh bien il nous faudrait un mode d'emploi du "bien aimer" !

    Katia

    • Catherine d'Auxi

      10 avril 2018 at 12 h 14 min

      Bonjour Katia,

      Pardon pour le délai de réponse.

      Un lien amoureux qui rend heureux les protagonistes se voit dans l’échange et le respect des individualités. Si ça n’est pas le cas, car l’épanouissement individuel est la règle absolue et non négociable, cela peut conduire à une relation toxique.

      A ce moment, on n’aime plus l’autre pour ce qu’il est, mais juste pour ce qu’il représente de sécurité, de réconfort…

      Katia, lisez cet article sur l’individuation qui est la clé qui ouvre la Porte de l’Amour. Je suis un individu à part entière, je m’aime donc… je suis en capacité d’aimer.

      Jeanne me demande de vous transmettre son Amitié.

      Catherine

       

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce blog est dofollow ! 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top
Boosté par WP-Avalanche