Psychoésotérisme science actualité

Pokémon Go comme un chemin initiatique…

Pokemon go comme un chemin initiatique

Pokémon Go comme un chemin initiatique…

Succès mondial pour les enfants comme pour les adolescents ou encore les adulescents, le jeu Pokémon Go de cartes à collectionner s’est soudainement mué en totems à capturer via son téléphone et ce, un peu partout. Si vous êtes à côté de la plaque avec ce jeu dont on parle tout autour de vous, ne paniquez pas, vous n’en avez peut-être pas besoin mais surtout, ne critiquez pas les élancés joueurs, ils vous foudroieront du regard. Alors, qu’est-ce au juste tout ce brouhaha tout autour de nous, vous ?…

Ce jeu semble s’apparenter à une nouvelle version largement technologique et issue des contes et si l’on dit cela, on parle alors, d’initiation, de parcours.… Le jeu a une base simple qui tourne autour de quelque chose de non-fini, d’une quête et d’enquêtes, de nécessités de parcourir la rue, la nature, des bâtiments, bref, de visiter nombres de lieux privés, publics, insolites, pourquoi pas.  Le jeu est entre ses membres, interactif et évolutif, motive le fait d’empiler (collectionnite aiguë). Les jeunes joueurs ont cette façon de scénariser désirs et angoisses par le biais de créatures virtuelles, aucun danger cependant.

Pokémon Go comme un chemin initiatique… pour une approche psychoésotérique

Les totems acquis, capturés, aident l’enfant ou adolescent-adulte à se forger une image de lui-même, une sculpture de lui-même, ils l’accompagnent sur ce fait de grandir au travers d’une mythologie sous-jacente comme cela a toujours existé au travers des âges. Les mythologies sont traditionnellement gréco-latine, sud-américaine, celte, slave, viking, maghrébine, africaine, etc. Ce jeu offre en répercussions un univers condensé dans lequel le jeune joueur se définit comme acteur dans un jeu planétaire, la conquête en est l’élément central, la prise du totem avant les autres joueurs, la proie, la récompense, celle qui anoblit et donne courage, fierté et reconnaissance. On retrouve ce concept de fratrie avec d’autres joueurs connus ou jusqu’alors inconnus. On devient plus que jamais citoyen honorable, doué aux yeux du reste du monde, une façon d’exister voire de surexister par de petites gloires empilées les unes sur les autres. Surtout, cela aide à grandir.

Le graphisme a priori puéril est dans l’air du temps, attrayant, il scénarise un humour autour de règles aisées à comprendre. Le téléphone-filet devient la puissance de l’épée, du fusil, c’est magique et surtout la dépendance est entière et totale.

pokemongo comme un chemin initiatiqueLe fait de choisir plus que d’autres des créatures-miroirs débloque la représentation que l’enfant se fait de lui-même, les Pokémons évoluent eux aussi, traversant les strates de l’enfance à l’adolescence puis à l’état adulte, seul un personnage reste fixe sur son image, Pikachu. C’est la toison, l’effigie du jeu en quelque sorte associée à une volonté sourde qu’un reste d’enfance subsiste et par conséquent, d’une assurance d’y être relié, on ne sait jamais.… On remarquera que tous les enfants voire adolescents ou adulescents se fédèrent autour de ce substrat d’enfance qui ne grandit pas.

Confronté à l’image animée, l’enfant s’identifie au destin du dresseur et maître des créatures alors que dans l'échange des cartes tel que pratiqué à l'origine du jeu, il s’identifiait en imagination aux caractéristiques de chacune d’entre elles dans une logique du miroir. Les images fixes évoquent au joueur : « Voilà ce que j’aimerais être » tandis que les images animées lui évoquent : « Voilà ce que j’aimerais vivre ». N’oublions pas que le joueur doit évoluer comme dans un labyrinthe, urbain ou non, se doit de se faire aider, au besoin, par d’autres personnes, mêmes inconnues, cela appelle à mémoriser, à analyser sensations, réponses, intuitions, informations, puis viennent la gestion des découvertes et la prise virtuelle du Pokémon !

Les Pokémon regroupent les Eléments tels les Forces aériennes, souterraines, le Feu ou encore sont en rapport avec l’Eau. Vous ou votre enfant êtes plus versé dans la capture ou la collection de tel ou tel personnage ? Cela pourrait vous renvoyer une image instantanée de ce que vous êtes ou de ce qu’il est ou encore de ce que vous souhaiteriez devenir.

La rivalité avec d’autres joueurs reste fraternelle, il n’y a que des complices, des larrons, seuls les tricheurs doivent rester en-dehors car, de fait, ils se marginalisent.

PikachouIdées fondamentales liées au conte : l’obligation de se débrouiller pour son chemin, sa quête, mise en scène de ses ambivalences-attirances et sollicitations de l’aide d’autrui afin de progresser. Une manière de se sociabiliser, par le jeu, l’altruisme comme le déplacement.

Reste que les parents, les non-joueurs, les non-comprenants restent eux, pour le coup, hagards, sur la touche, comme désarçonnés. De plus, on peut se sentir mal si on ne comprend rien au téléchargement d’un jeu, son mode d’emploi, l’usage effectif d’un smartphone.

Autrefois, les jouets offerts étaient assimilés et compris dans leurs règles par les parents qui les avaient parfois reçus de leurs parents. Aujourd’hui, la nouveauté liée à l’informatique bouleverse les habitudes d’antan, crée de l’adrénaline, de la vitesse, entretient le besoin de ne jamais s’arrêter de jouer,. Alors, si vous vous sentez exclu de cet univers qui risque de vous tutoyer à un moment ou à un autre, il vous suffit juste de faire montre d’humilité et de poser quelques questions afin d’en comprendre les clés.

Ce comportement vous évitera de pester après bien des passants, jeunes et moins jeunes, les protagonistes du jeu qui ne manqueront pas de débouler devant vous au hasard sur un trottoir, voire jusque chez vous au motif qu’un Pokémon-dragon se cacherait sournoisement et à vos dépens dans votre jardin. Laissez faire, après tout, ça fait œuvre utile quelque part et vous aiderez quelqu’un à grandir.

Une empathie juste raisonnée et surtout reliée à la compréhension du cœur. Qui n’a pas autrefois cherché, certes dans les forêts, près des étangs, des farfadets, des fées, des lutins, des gnomes, des sirènes, des ondines, trolls, nains ou même carrément des châteaux oubliés accolés à des secrets de princes et de princesses ?

De même une Voyante sérieuse vous parle de votre présent, de votre futur et avec un Jeu de cartes, de tarots "attrape" ce qui flotte dans les airs, ce qui stagne dans les marais, ce qui tutoie les étoiles.

Toujours est-il que c’est le jeu qui fait dans toutes nos couches sociétales et individuelles, le sérieux de notre existence et nous nous en accommodons toujours car le hasard reste imperturbablement une promesse à mieux vivre quand la réalité du présent reste une inaccomplie dont on ne peut se satisfaire totalement… Le fantasme est une réalité qui nous précède, nous baignons toujours dedans et exigeons d’elle les réalités d’aujourd’hui comme de demain. A voir et à entendre, à chercher et à saisir, ce qu’invariablement, nous faisons de tout ce que nous n’avons pas.

Les enfants, les grands et les petits ne font pas autre chose, ce sont tous les plans d’une âme qu’il faut conserver, pour notre bien.

Bon jeu !

Yann d'Auxi Médium Spirite (cliquez sur le nom pour visiter le site de voyance)

Pour consulter Catherine d'Auxi (cliquez sur les liens)

Copyright – Catherine d'Auxi (droits réservés)

Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce blog est dofollow ! 

To Top
Boosté par WP-Avalanche

Grimoire Secret des Poudres Magiques

Unique, cet ouvrage est une Initiation à la Magie Verte ou Magie Végétale.

Cliquez sur ce lien pour le découvrir…

Esotériquement vôtre.

(fermez la fenêtre pour poursuivre votre navigation).