Messagers des Dieux : Amour, Morts et Peines - Texte spirite 2 - Diamant Voyance
Conversations spirites

Messagers des Dieux : Amour, Morts et Peines – Texte spirite 2

Messagers des Dieux : Amour, morts et peines (l’exemplum doloris) – Texte spirite 2

Illustration : La décapitation de Spurius Cassius – Domenico Di pace Beccafumi (1486-1551)

« Avis important :  Les messages médiumniques destinés au grand public mais accessibles à tous les visiteurs de cette Page sont des messages à relativiser afin de ne pas souffrir de perturbations. Il vous revient d’être critique de votre émotivité et d’en parler avec autrui, voire de m’adresser un mail si des conceptions, théories, paradigmes insolites viendraient à vous bouleverser plus que de raison ». NDA

Appelez maintenant Catherine d’Auxi  Médium au  02.96.38.04.52 pour une consultation de Voyance ou

C’était au temps dit, de jadis, ou les condamnés et les bourreaux étaient les mêmes. Rien ne les distinguait les uns des autres, que cela soit dans la miséricorde recherchée, espérée, ou la barbarie la plus sanglante. Si les cieux pouvaient attendre les bannis et les forçats belliqueux, en revanche, ils ne goûtaient guère aux indélicatesses des redresseurs de torts. Est-il nécessaire de préciser qu’en ces temps reculés, le sang coulait autant que les raisins écrasés des nombreuses vignes attenantes aux intentions louables ? Toute Tour de guet se fissurait d’horreur et de douleur, de bas en haut car même si passer de vie à trépas a toujours été une forme primaire d’espérance seigneuriale à sauver sa tête, son âme, il n’en reste pas moins, que là où vont les morts, coexistent dans certains bas-fonds des puissances ténébreuses toujours houleuses, au contraire des firmaments glorieux où règnent les aptitudes à se sauver soi-même puis à se présenter de face à la Sainte Gloire. In Nomine Patris…

Nous, les Messagers, avons pour habitude de présenter l’affaire de l’existence comme une dualité interne couplée à une juxtaposition contradictoire des maux et des bienfaits, tels que l’entendent les Hommes. Ils ne savent guère, au fond, les raisons profondes de leurs agissements mais en connaissent pourtant parfaitement via leurs cauchemars donc intimement, les résultantes karmiques ; une fois absous des représentations divines dites de « mauvaises accroches », l’esprit percute…

Toute miséricorde a un prix et quelque part en a un second, les deux cumulés constituant la part globale de l’Homme dans le Chaos universel. Tantôt, il participe à ce Chaos, tantôt, il tente d’y remettre de l’ordre, avouez, vos comportements laissent à désirer le meilleur mais subjugue aussi et toujours le pire qui ne manque jamais de se présenter au portillon des possibilités et ce, sur la table même des avidités des cœurs comme des esprits, déjà, de la langue et regard, pervertis.

Si, c’est un exemple qui vous manque, alors, regardez derrière vous, vous y verrez des glaces déformées qui vous reflèteront deux réalités, celle qui vous arrange comme celle qui vous dérange. Aux courageux, cet exercice dilatoire a pour vocation de vous préparer au pire mais toujours en attendant et espérant, c’est conseillé, le meilleur.

C’était au temps dit, de jadis, où les condamnés et les bourreaux étaient les mêmes mais avaient-ils les mêmes Parents ? Une mère est une mère, un père est un père, survient fatalement à un moment ou un autre, l’épisode du mariage heureux ou malheureux…

C’est précisément par-là que s’insinuent encore aujourd’hui et par voies de naissances multiples, les âmes coupables comme les âmes libératrices. Rassemblez les tous en un lieu de fête et jetez-y au milieu d’eux un glaive, vous aurez à terme, plus de morts qu’il n’y avait de vivants rassemblés. Saint Sulpice n’aurait pas dit autre chose… sur les Hommes de bien comme sur les hommes dévolus au mal.

Les coupables bourreaux condamnés servent une justice d’apparat, une justice de foire, une justice trompeuse. Que l’Homme sache que la véritable Justice est assise au milieu de lui-même, à la condition que l’inexpugnabilité de celle-ci, le laisse entier et non partagé. Le fendu est à la naissance de deux tranchants, qu’il garde cela à l’esprit de jour comme de nuit.

De jadis à aujourd’hui, une microparticule de temps, autant dire, rien…

Riwall Llydaw Médium spirite

Appelez maintenant Catherine d’Auxi  Médium au  02.96.38.04.52 pour une consultation de Voyance ou

 Catherine d’Auxi Droits réservés (copyright)

La Magie n’est et ne sera jamais une science exacte, la réussite des rituels, tout comme l’utilisation des talismans ou Amulettes sont conditionnés, entre autres, au mérite, au respect de la pratique, à la Foi et l’Abandon qui sont de nature humaine donc forcément sujets à caution et à fluctuations. Pratiquer la Magie Blanche est accepter, de fait avec humilité, de ne pas être exaucé systématiquement. Pour plus de détails, reportez-vous à l’article « Rituel de Magie qui ne fonctionne pas ».

Il est expressément précisé qu’il n’est en aucun cas souhaitable de s’intéresser à l’Esotérisme ou de pratiquer la Magie avant l’âge de 21 ans, le Corps Mental en construction n’est pas apte à recevoir les influx énergétiques démultipliés par la pratique. A aucun moment il ne s’agit d’une question de maturité (induite par les incarnations successives) mais uniquement une question de sécurité et particulièrement de sécurité mentale.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce blog est dofollow ! 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top
Boosté par WP-Avalanche