Les lieux de guerre pullulent de fantômes - Diamant Voyance
Conversations spirites

Les lieux de guerre pullulent de fantômes – Texte spirite 14

Ecrire pour changer Texte 10

Les lieux de guerre pullulent de fantômes – Texte spirite

« Avis important :  Les messages médiumniques destinés au grand public mais accessibles à tous les visiteurs de cette Page sont des messages à relativiser afin de ne pas souffrir de perturbations. Il vous revient d’être critique de votre émotivité et d’en parler avec autrui, voire de m’adresser un mail si des conceptions, théories, paradigmes insolites viendraient à vous bouleverser plus que de raison ». NDA

Appelez maintenant Catherine d’Auxi  Médium au  02.96.38.04.52 pour une consultation de Voyance ou

Les lieux de guerre sont des lieux où les victimes devenues fantômes apathiques circulent librement, sans contrainte, sans but avéré. Morts et plutôt deux fois qu’une, au début, ils ne réalisent pas tant que cela le côté définitif de la chose, ce qui leur arrive est perturbant et malgré le choc, tout leur laisse à penser que cela peut encore s’arranger. Le retour à la normale n’étant, pensent-ils, qu’une affaire de temps, ils errent et arpentent leurs terres, leurs villages et leurs quartiers espérant donner et recevoir des nouvelles d’êtres aimés ; certains harangueraient bien la foule mais la voix subitement ne porte plus aussi loin qu’auparavant, les gestes eux, sont devenus des moulins à vent que personne ne voit, quand bien même, quelqu’un les verraient, ils s’en ficheraient royalement car lorsque les temps sont chamboulés, la raison n’a plus cette lucidité qu’elle réclame. Déambuler ou se voir enterré, quelle différence si le mot espoir ne se raccroche définitivement plus à rien.

Les fantômes des lieux de guerre sont hébétés, d’autres plus vrais que nature fredonnent des airs qui les raccrocheraient aux simples vérités qui font la vie, je veux parler des vérités palpables, celles qui prouvent que tout est en ordre, que la famille, les lieux de vie, sont sains et saufs. Evidemment, à l’intérieur de ces espaces vigoureux, des signes qui ne trompent pas et qui soulignent une indifférence totale aux morts-vivants et pour cause, ces derniers sont invisibles et ignorent cette transparence.

La paix est un sauf-conduit permanent pour la lutte, malheureusement, elle se retourne toujours contre la paix.L’Homme n’a de cesse de se tromper en détruisant systématiquement autour de lui. Ses armes sont des bêtes de somme, elles s’appliquent à la tâche sans distinction d’épargner tel ou tel, ainsi naissent les pires aveugles ; le nombre de morts sera d’un côté la sanction, la punition, la rétrogradation mais de l’autre, la mort ne sera qu’une vérité qu’il faudra bien s’expliquer. Vivre ou mourir, des deux côtés, le regret devra être éternel, c’est Loi.

Les fantômes des ruines n’en peuvent plus de ne rien reconnaître, n’en peuvent plus de ne pouvoir aider. Leurs cris sont des échos malheureux, inlassablement, ils répètent les gestes de désespoir, l’apocalypse est en eux, ils en souffrent et prient sans même savoir qui réellement les écoutera. Pourtant, un Dieu de miséricorde n’abandonne pas ses enfants mais en attendant, ils sont sourds et muets, ils ont mal à un corps qu’ils ne possèdent même plus, comme c’est étrange…

Le collecteur d’âmes l’a toujours dit :

« Je ramasse les morts, les fantômes plutôt, ils me suivent car ils ne savent plus où aller, ils savent à ma tête et mon accoutrement que je connais forcément la sortie de leurs affres ; ils me suivent docilement, sans appréhension, avec courage et pour la plupart en pleur. Je n’oublie personne derrière moi, surtout pas les enfants innocents, ce serait faute, ma Charge est peu ragoûtante mais si vous y pensez bien, mon œuvre est utile car les morts et fantômes, je les présente ensuite au Grand Porteur de vie et d’espoir. Lui, les fait passer dans un champ régénérateur qu’a priori, ils ne souhaiteront plus quitter. Croyez-moi, le lugubre est un espoir en ce cas, car j’ai vu et je le verrai toujours, les blessures, les meurtrissures et les désespoirs les plus profonds se guérir en un rien de temps mais que de rivières de larmes pour les accompagner… Bien sûr, la terre ferme prendra sa part, son écot de prières obligées mais s’en plaindra ensuite comme d’une calamité ! Croyez-moi, la honte devrait changer de camp.

On dit que je passe me servir mais c’est pour mieux redonner. J’ai vu des morts revenir à la vie sur un simple claquement de doigts, j’encourage la démarche, quiconque verra son heure venir devra comprendre sa faillite ou sa réussite. Personne ne le sait vraiment ce constat-là car la mort venue, le doute s’installe, je vous rassure, vite dissipé à la Lumière des Cieux. Il y aura encore des guerres et des fantômes, je me tue moi-même à la tâche mais que voulez-vous, la folie des hommes vaut bien que je fasse quelques sacrifices de bontés. De plus en plus, ces fantômes me disent: « Ce monde est fou ! ». Ils ne croient pas si bien dire, ils sont les artisans de leurs folies et pourtant s’en étonnent constamment. Voyez-vous, depuis la nuit des temps, les cycles infernaux sont répétitifs, la faute est d’alimenter encore et encore ce foyer-là. Les enfers ont en expression libre, la terre et les volontaires s’y pressent, ce sont les mêmes que je récupère une fois morts. Croyez-le, beaucoup y retournent à la première réincarnation venue, ils sont le naufrage continuel sur un accent qu’ils désirent perpétuel.

Certains jours, je ne ramasse que les enfants, en fait, tous les jours, quels que soient les âges, ce sont eux qui succombent à des jeux dangereux.  Dites-leurs les bêtises à ces hommes bornés, qui disent vouloir la paix mais qui vendent et construisent les armes qu’ils revendiquent en instruments de paix. Les idéaux sont vos multinationales sournoises et belliqueuses ou quelque chose comme ça…

A ce rythme, des milliers d’années encore, à collecter sur les champs de batailles… Je ne me décourage jamais, face à l’éternité absolue, j’invoque la guigne passagère et je nettoie derrière elle, c’est tout.

Les lieux de guerre pullulent de fantômes

PABLO PICASSO (1881- 1973) – La Guerre et la Paix 1952 (Diptyque) – Musée Picasso de Vallauris – Alpes Maritimes.

Riwall Llydaw Médium spirite

Appelez maintenant Catherine d’Auxi  Médium au  02.96.38.04.52 pour une consultation de Voyance ou

 Catherine d’Auxi Droits réservés (copyright)

La Magie n’est et ne sera jamais une science exacte, la réussite des rituels, tout comme l’utilisation des talismans ou Amulettes sont conditionnés, entre autres, au mérite, au respect de la pratique, à la Foi et l’Abandon qui sont de nature humaine donc forcément sujets à caution et à fluctuations. Pratiquer la Magie Blanche est accepter, de fait avec humilité, de ne pas être exaucé systématiquement. Pour plus de détails, reportez-vous à l’article « Rituel de Magie qui ne fonctionne pas ».

Il est expressément précisé qu’il n’est en aucun cas souhaitable de s’intéresser à l’Esotérisme ou de pratiquer la Magie avant l’âge de 21 ans, le Corps Mental en construction n’est pas apte à recevoir les influx énergétiques démultipliés par la pratique. A aucun moment il ne s’agit d’une question de maturité (induite par les incarnations successives) mais uniquement une question de sécurité et particulièrement de sécurité mentale.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce blog est dofollow ! 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top
Boosté par WP-Avalanche