Art et ésotérisme

L’Année de tous les dangers film humaniste et spirituel.

L’Année de tous les dangers film humaniste et spirituel.

L’Année de tous les dangers film humaniste et spirituel.

 L'année de tous les dangers  film humaniste et spirituel

Sur le Site Diamant Voyance, nous parlons de tout ou presque et parfois, nous avons un coup de cœur sur une œuvre, quelle qu’elle soit. Aujourd’hui, je souhaite remettre en lumière un film datant des années 1980, un film de Peter Weir :  L’Année de tous les Dangers (The Year of Living Dangerously).  Les années 1980 ont été assez prolixes en films sur les correspondants de guerre, on peut en citer quelques-uns : « Salvador » ; « Under Fire » ; « La Déchirure » voire dans une même quête de découvrir une vérité (macabre) dans un pays en conflit interne, le fameux et paternaliste « Missing » de Costa Gavras…

Le synopsis du film « L’Année de tous les Dangers » se rapporte à l’année 1965 et se passe à Jakarta en Indonésie, pays sous la coupe d’un dictateur (Soekarno) sanguinaire et insensible aux pauvres de son pays. Un naïf correspondant de guerre australien pour son premier poste à l’étranger débarque dans ce pays  et tente, entre une histoire d’amour convenue et des comptes rendus journalistiques laconiques, d'entrevoir ce que son cameraman-photographe et confident, Billy-Kwan, nain d’origine chinoise, semble vouloir lui faire entendre avec prévenance et subtilité.

L’Année de tous les dangers film humaniste et spirituel.Que tente-t-il de lui faire comprendre ? De l’intérêt de changer, d’évoluer humainement parlant pour mieux relayer la réalité et les motifs profonds d’une fatale insurrection à venir au nom d’une misère endémique, disproportionnée. Mais, écartelé entre une histoire d’amour à l’eau de rose, une tentation de scoop et un devoir de réserve, Guy Hamilton tergiversera jusqu’à, symbolisme oblige, perdre l’usage temporaire d’un œil, au plus grand désespoir de Billy-Kwan… obnubilé, manipulateur à souhaits  pour la bonne cause mais largement désespéré et débordé de ses causes humanistes incessantes, envahissantes. Est-ce une trop grande mission que de vouloir mettre un Reporter étranger face à sa grande responsabilité journalistique ? Comprendre ici, dénoncer internationalement la détresse d’un peuple à l’agonie face à l’apathie d’un monde occidental lâche.  Le journaliste ferme-t-il les yeux lorsqu’il ne se révèle pas à lui-même, par son style de vie comme de pensées, qu’il est, à l’étranger, au même titre que les grandes puissances, un profiteur et un complice moral du chaos ambiant ? Vous réalisez ici la mission hautement délicate pour « Billy-Kwan », intermédiaire placé là entre deux mondes opposés et auto-chargé de faire « grandir » Hamilton.

Quelle profondeur, quelle puissance d’âme ce rôle de « Billy-Kwan », un rôle quasi mystique, extatique même car en tête de pont de la lucidité face aux réalités de l’avilissement de tout un peuple promis à la mort lente qui se subjugue trop facilement à la vie. Le seul à réaliser vraiment la corruption des élites et les atermoiements internationaux de l’époque. Sa prestation de « Billy-Kwan » permit, et d’une, de reléguer au second rang Mel Gibson et Sigourney Weaver, ce qui n’était pas rien et d’autre part, de révéler ces année-là, les réalités de ce pays-dictature soutenu par les grandes puissances hypocrites ainsi que d’un journalisme possiblement bien trop respectueux et feutré afin de ne pas déplaire au pouvoir en place, aux relations bilatérales.

L’Année de tous les dangers film humaniste et spirituel.C’est peut-être la première fois à l’époque que je voyais dépeindre ce que nous appelons aujourd’hui, cette fonction de « lanceur d’alerte » malgré le fait que dans le film, les intentions de Billy-Kwan sont pour le moins contrariées. Je n’en dirai pas plus pour ceux qui n’auraient pas vu l’œuvre.

« All is clouted by desire » (« tout est obscurci par le désir »), une bonne gifle assénée à Guy Hamilton comme à l’occident. Le poids des mots ou le choc des photos ? Voilà bien l’osmose qui se devait de trouver un accord parfait… Grâce à ce film, je n’ai plus jamais vu la fonction photographique comme avant. Linda Hunt qui joue « Billy-Kwan », (le rôle d’un homme) EST le film, bien plus que les deux acteurs principaux, d’ailleurs l’amourette entre ces derniers perd toute saveur face aux envolées des messages bouddhistes et compassionnels de Billy-Kwan, porte-parole autoproclamé d’une misère incapable et impuissante à crier son désarroi.

Voulant amicalement mais de manière déterminée « remettre les hommes et les sentiments à leur juste place », Billy-Kwan joue un Ange dans ce film et la candeur de Guy Hamilton, le reporter, lui donnera bien du fil à retorde… pour parvenir à ses fins de bienfaisance.

Lorsqu’un film porte en lui un message spirituel fort, fin, au milieu d’une histoire qui se voulait axée sur une autre voie principale (contexte exotique-romantique en territoire étranger insécurisant), je remarque que bien souvent, le réalisateur perd un peu de son sujet, c’est le cas ici, le film lui échappe quelque peu, la faute à vive portée humaniste certainement déployée au script. Voir ou revoir « l’Année de tous les Dangers », voilà bien un investissement de temps pour une observation qu’en tous lieux de souffrances survivent et veillent des personnes hors du commun, surdimensionnées de par leurs qualités humaines. Il suffit d’ouvrir les yeux pour ouvrir son cœur et l’inverse est vrai aussi, c’est pourquoi, la photographie et l’appareil photo symbolisent à eux seuls la colonne vertébrale magnétique du film. Un focus bien intéressant… lorsque le discours est ciselé avec.

Sans doute laa meilleure prestation de Linda Hunt, même si pas je n’ai pas vu tous ses films. Inconnue ou presque à l’époque, elle a obtenu pour ce film l’Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle. La musique est de Maurice Jarre.

Yann d’Auxi Médium Spirite (cliquez sur le nom pour visiter le site de voyance)

Pour une consultation de voyance avec Catherine d’Auxi (cliquez sur les liens)

© Catherine d’Auxi – Droits réservés (copyright)

 

Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce blog est dofollow ! 

To Top
Boosté par WP-Avalanche

Grimoire Secret des Poudres Magiques

Unique, cet ouvrage est une Initiation à la Magie Verte ou Magie Végétale.

Cliquez sur ce lien pour le découvrir…

Esotériquement vôtre.

(fermez la fenêtre pour poursuivre votre navigation).