Côte symbolisme du corps humain cote symbolisme du corps humain
symbolisme corps humain

Côte symbolisme du corps humain

Côte symbolisme du corps humain

Côte symbolisme du corps humain

Approche  émotionnelle, symbolique, spirituelle & spirite du corps.

La Côte symbolisme du corps humain, lorsqu’elle est cassée, fêlée,  douloureuse, gênante et hélas, très vite, nous savons par nous-mêmes ou par le biais de médecins, infirmières ou autres professionnels de la santé, que seul le temps permettra de ressouder celle-ci à elle-même. En attendant, il n’en reste pas moins que la douleur et la gêne persistante seront installées au cœur de des activités quotidiennes ainsi que parties prenantes et désagréables de votre coucher, la qualité du sommeil pouvant en être plus ou moins altérée. Mais qu’est-ce qu’une côte ? A quel symbolisme nous renvoie-elle ? Et qu’en dit le spirituel ?

Mal à la côte ce qui justifie de faire le point…  Appelez maintenant Catherine d’Auxi Voyante Médium pour une consultation de Voyance au  02.96.38.04.52 ou

La côte symbolisme du corps humain, qu’en disent les Ecritures ?

La Genèse nous l’enseigne ainsi: « L’Eternel Dieu fit tomber un profond sommeil sur l’homme endormi, il prit alors une de ses côtes et referma la chair à sa place. L’Eternel Dieu forma une femme de la côte qu’il avait prise à l’homme et il l’amena vers l’homme. »

L’Homme issu de la création, Adam (Adamah > « relié à la terre ») était bien seul, lui à qui on demandait de servir la terre, de l’exploiter selon la Suprême Volonté était replié sur lui-même, trop sans doute…

Le Créateur souhaitait ne pas le voir sombrer dans un narcissisme destructeur potentiellement à même d’annihiler toute idée de progrès, de développement, aussi l’endormit-il d’un sommeil profond afin de créer à partir de lui, une femme (Eve). Ou devrait-on dire « bâtir » ? Ce qui est  nettement plus valorisant pour elle et souligné fermement chez les Hébreux : On « bâtit » un Temple est plus noble à exprimer que « construire », point de détail intéressant à propos de la locution « bâtir une famille ».

La côte, une histoire de couple et d’amour.

Appelez maintenant Catherine d’Auxi Voyante Médium pour une consultation de Voyance au  02.96.38.04.52 ou

L’Homme n’étant pas fait pour se parfaire dans la solitude, l’aspect mortifère, il se retrouvait donc aux côtés d’une femme, à partir de là, toutes les options de la vie étaient à même de se développer, de façons heureuses et exponentielles pour tout cadre de vie idéal, ce qui ne pouvait que contenter le Créateur.

Peut-on s’imaginer le destin d’un Homme sans le destin d’une femme, lorsqu’on sait que le couple soudé est à même de fonder un foyer, d’enfanter et de prospérer ainsi sur la survivance de la famille comme sur les espérances sommairement plus facilitées des générations suivantes ?

Il n’est pas encore crû de le dire, L’Homme, la Femme, la côte, voilà bien, vu par la Vérité de la Genèse, le meilleur moyen de valoriser sa vie, côte à côte, l’un contre l’autre, soudés, unis, ainsi les humains devinrent-ils des engageants envers eux-mêmes et pourvus d’engagements à s’aider, à se soutenir comme à s’aimer pour ainsi, à leur tour, créer la descendance noble et véritable jusqu’à tant…

L’Essence même de la dualité homme-femme est à considérer comme une dualité de complément, une dualité dont la finalité au travers de l’Amour, de l’union, n’est autre que la fonte totale l’un envers l’autre et dont le produit est l’enfant qui lui-même vivra et grandira aux côtés de ses parents. La dualité ici, n’est pas de séparer mais bien de rassembler les énergies et ce qui en découle, les faveurs divines, le Créatif, l’inspiration…

La côte symbolisme du corps humain participe du Souffle de vie

La côte est donc essentielle dans tout ce parcours évolutif, elle symbolise la cage thoracique puisqu’elle la compose, elle participe au Souffle de vie, elle protège et garde le cœur, les poumons, elle permet à l’Humain de se maintenir bien droit et d’encaisser les chocs parfois rugueux des tâches établies quotidiennement. La côte cassée ou fêlée souligne la fragilité naissante, le besoin de repos, la protection nécessaire, tout cela indique bien qu’au moment où se produit la casse ou la fêlure, le repos comme l’autoprotection, pas forcément le repli, sont peut être des priorités nécessaires et c’est peu de le dire. Le rythme de vie, parfois effréné peut être le signal d’alarme pour qui en ferait trop, trop vite et surtout, tout le temps, idem pour la voie sans issue à l’adresse de ceux qui perdent leur temps sur une option discutable… et n’écoutent plus leur petite voix intérieure stabilisatrice.

Mal à une côte, l’occasion de se poser et de faire le point. Appelez maintenant Catherine d’Auxi Voyante Médium pour une consultation de Voyance au  02.96.38.04.52 ou

La réflexion doit accompagner le soin (repos), la réflexion spirituelle également. Je ne peux m’empêcher de penser que côte est aussi le flanc, le flanc de Jésus percé par le légionnaire, les flancs atteints de flèches scélérates du martyr Saint Sébastien. Tout comme à la guerre est vaincu le mauvais stratège dont les flancs auront été au préalable transpercés…

côte symbolisme du corps humain

Se protéger de ses ennemis visibles ou invisibles, c’est protéger son côté, ses côtes

Où l’on reparle de l’expression « prêter le flanc », s’exposer volontairement, être potentiellement faible, attaquable, une disposition d’esprit inconsciente à vouloir attirer ou catalyser l’incident, l’accident, le tragique. Dans le règne animal, lorsqu’un chien se sent menacé, il fera très attention à ne pas exposer ses parties faibles, il a donc une logique auto-protectrice efficace. Pour nous, humains, c’est même chose en principe et je ne parle ici que de l’aspect physique.

La partie droite du corps serait en phase avec la polarité masculine (hémisphère gauche), le rationnel, la (bonne) logique, l’attitude active ; la partie gauche (hémisphère droit), la polarité féminine, l’émotionnel, l’allant passif, l’affectif… Peut-on imaginer que notre corps nous parlerait, nous enverrait des signaux et pour cela créerait ou faciliterait des accidents-incidents à même de nous obliger à nous introspecter ? Certains pensent que oui… si nous ne sommes plus sécuritaires avec notre propre vie. De là, une autre expression au sens propre comme au sens figuré de personnes manquant de courage ou fragilisées et prenant « du recul »…

Notre équilibre passe par notre esprit, notre inconscient, il a toujours des choses à nous dire et s’il emploie les grands moyens parfois, nous nous devons de l’écouter et de le respecter. Nous vivons vis-à-vis de lui côte à côte, en symbiose et sans doute trouve-t-il de lui-même des déséquilibres de polarités dans notre esprit pour tenter de nous remettre sur la bonne voie de l’équilibre, du Bien-être, tout simplement.

Lorsque nous rions à nous en tenir les côtes, rien de grave mais lorsque par dépit, par colère, nous faisons de grands gestes inhabituels pour exprimer ou évacuer, nous prenons alors ces risques de fractures, nous ne sommes plus raisonnables mais déraisonnables et la raison se rappelle à nous tôt ou tard. Parfois, et c’est ce qui peut surprendre, la cassure de l’os ou sa fêlure devance le fait déplaisant lui-même, c’est-à-dire que lorsque nous redoutons une mauvaise nouvelle, notre esprit anticiperait celle-ci en préservant le Sujet et en l’obligeant au repos, la mauvaise nouvelle survenant après. L’état de forme et équilibre psychique recouvrés permettant, il est vrai, de faire face au mieux à celle-ci.

Besoin de retrouver un équilibre ?

Appelez maintenant Catherine d’Auxi Voyante Médium pour une consultation de Voyance au  02.96.38.04.52 ou

Côte symbolisme du corps humain et interprétation spirite

Bien entendu, tout cela est de mon interprétation de Médium-spirite mais je me suis aussi laissé dire qu’autrefois, il y a bien longtemps, nous vivions en tribus et à ce titre et comme par atavisme primitif, nous prendrions inconsciemment sur nous, parfois, de possibles déconvenues et concernant des personnes aimées ou environnantes. L’accident aurait donc une gestion altruiste par un ensemble de personnes, bien, mais d’où tirerions-nous l’information ? De notre subconscient  relié à l’astral ? Possible, le cognitif est ultra branché en permanence sur ce que nous faisons, sur ce que nous pourrions faire ainsi que sur les activités des autres, fussent-ils hors de portée de notre regard, l’Amour, l’Amitié, abolissant les frontières. Vous noterez que les tribus ou anciennes peuplades désignaient les personnes à sacrifier, les offraient mais en tout état de cause étaient désignées pour recevoir comme en catalyseur ou en dérivatif les malheurs pouvant survenir.

« Prendre sur soi », jolie expression mais qui n’engagerait dans l’esprit que celui ou celle qui en pèserait toute la dimension symbolique. Ne vous inquiétez pas, nous sommes toutes et tous formatés pour cela. L’expression est tout simplement une aventure intérieure, profonde, dangereuse mais si humaniste, bienfaitrice…

J’aimerais terminer sur l’union des corps et des esprits, imaginez un texte ancien retrouvé gravé sur un os d’épaule et qui serait rédigé comme ceci : « Ainsi fût dit à celui qui s’aventura très loin : Si toi aussi, tu es venu pour te plaindre, il te sera reproché moult choses, si au contraire, tu es venu pour étouffer tes plaintes, alors, nous t’exorciserons… »

Voilà, c’était le trait spirite auquel je tenais tant afin de terminer cet article. Il est entendu qu’à propos de cette dernière phrase, là, au-dessus, toute question est inutile puisque la réponse vous « côtoie » déjà et même très certainement.

La fatalité n’est pas une maladie, elle serait même tentatrice aux âmes charitables que je n’en serais guère étonné.

Nous sommes l’Adam comme l’Eve, nous sommes l’Haya (le « Vivre-vivant »), la Genèse le dit si bien : « Adam donna le nom d’Eve à sa femme car elle fut la mère de tous les vivants ».

Nous nous substituons à nous-mêmes, tout le temps, via nos pôles masculin-féminin et au gré de nos expériences de vie. Nous vivons donc en nous, côte à côte… pour le meilleur et pour le pire mais le pire, c’est ce que nous craignons, le meilleur, c’est ce que nous espérons. La nuance est donc d’attaque (pertinente) pour commencer n’importe quelle journée pourvu que la sémiologie de l’esprit soit vôtre. La prière, le recueillement ou la contemplation sont donc nos meilleurs amis des vecteurs de paix intérieure.

Catherine d’Auxi  et Riwall Llydaw Médium Spirite 

Appelez maintenant Catherine d’Auxi Voyante Médium pour une consultation de Voyance au  02.96.38.04.52 ou

Copyright – Catherine d’Auxi (droits réservés)

La Magie Blanche n’est et ne sera jamais une science exacte, la réussite des rituels étant conditionnée à beaucoup de paramètres comme le respect de la pratique, la Foi, l’Abandon qui sont de nature humaine donc forcément sujets à fluctuations.

Il n’est en aucun cas souhaitable de s’intéresser à l’ésotérisme, de pratiquer la Magie ou toute autre expérience comme le Spiritisme (oui-ja) ou encore les voyages astraux avant l’âge de 21 ans.  Le Corps Mental en construction n’est pas apte à recevoir les influx énergétiques démultipliés par ces pratiques. En TOUT la mesure est obligatoire, mère de sûreté … et fixer cette limite pour la pratique ésotérique et particulièrement de la magie ne relève à aucun moment de la maturité mais de la plus élémentaire sécurité mentale.

1 Comment

1 Comment

  1. Claire

    8 mars 2020 at 17 h 40 min

    J’aime votre interprétation ! Ça me parle vraiment. Merciiiii

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce blog est dofollow ! 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top
Boosté par WP-Avalanche