Prières de prédilection

Chant grégorien les chants du silence Ascendit Deus

Chant grégorien les chants du silence Ascendit Deus

L’abbaye bénédictine de Solesmes est une communauté monastique vivante et nombreuse. Celle-ci a pour règle de vie la Règle de saint Benoît écrite au 6ème siècle. On y prie, on y  travaille de ses mains et on y étudie. Une telle vocation « contemplative » requiert avant tout un climat de silence et de paix. C’est pourquoi la Règle des moines nécessite un espace clos, ou « clôture » qui n’est franchie que dans des circonstances exceptionnelles.

Les paroles et les mélodies. La parole chantée est ce que nous appelons ordinairement le “chant grégorien”.

LA PAROLE.
Les psaumes au nombre de 150 qui sont  des prières poétiques.
Les extraits des Evangiles.
Les textes ne reprenant pas exactement la Bible.
Le latin, alors qu’aux premiers temps c’était le grec qui était utilisé en liturgie, la composition même du latin va permettre une souplesse favorisant le chant.

LES MUSIQUES
Au moment où la liturgie passe du grec au latin, le chant grégorien n’existe pas encore. Il attendra encore plusieurs siècles pour naître.

1. Les origines du chant grégorien
Grégoire-le-Grand, pape de 590 à 604 va mettre de l’ordre dans la célébration des sacrements – et surtout de la messe et fonde les bases de la liturgie. Puis l’alliance de Pépin-le-Bref avec le pape Etienne II qui lui demande son soutien pour lutter contre les Lombards qui menacent Rome. En 753 le Souverain Pontife traverse les Alpes pour demander l’aide du roi des Francs. Et va rester dans le royaume franc en compagnie de diacres, chantres… Il célèbre la liturgie selon le rite romain qui sur volonté du Roi sera célébrée dans tous les églises du royaume. Ceci a une conséquence qui est qu’il faut fournir aux prêtres des livres pour célébrer en latin, ces livres qu’il faut trouver et recopier (l’imprimerie n’existe pas). La difficulté principale est que ces livres fournissent les textes mais pas les musiques (à cette époque, les notes de musique ou plutôt la notation n’existent pas), on ne sait pas transcrire la musique, la transmission se faisant par l’oral. Les chantres romains viennent donc former les chantres francs qui dès le départ de leurs initiateurs adaptent à leurs anciennes habitudes. C’est l’ancêtre du chant grégorien.

La transcription musicale

C’est la naissance du solfège qui va s’élaborer sur 70 à 100 ans et se peaufiner avec la précision de la hauteur de chaque note. Nous quittons alors la transmission orale pour une transmission écrite bien plus précise.

Evolution.
Le chant grégorien poursuit sa route et peu à peu, certains musiciens oublient sa caractéristique essentielle qui est sa dimension spirituelle. Au cours des XVe et XVIe siècles, les mélodies grégoriennes sont alors transformées, arrangées  pour mieux correspondre à l’idée que l’on se fait de la liturgie et du chant qui doit “agrémenter” les cérémonies. C’est ce chant plus ou moins déformé qui va survivre jusqu’au XIXè siècle. Il ne sera redécouvert que grâce à un travail plus général de réhabilitation du rite romain entrepris par Dom Guéranger, restaurateur de l’abbaye de Solesmes, qui profitera par la suite d’un courant favorable à la liturgie initié par le pape S. Pie X. A l’atelier de paléographie musicale de l’abbaye Saint-Pierre de Solesmes, des spécialistes – moines mais aussi laïcs – vont s’employer à retrouver les racines du chant grégorien, à corriger certaines erreurs d’exécution nées à la fin du XIXè s. – comme par exemple le comptage ou la façon de chanter le “salicus” -, à débusquer les secrets de son interprétation qui permettent de le comprendre comme “acte liturgique”, sans pour autant prétendre l’enfermer dans un style d’interprétation particulier.

QUELQUES REGLES SIMPLES POUR MIEUX CHANTER LE GREGORIEN

1. CONTRÔLER SA VOIX.
2. NE JAMAIS CHANTER UNE SUCCESSION DE NOTES.
3. APPRENDRE A ARTICULER.
4. BIEN ACHEVER LES MOTS ET LES PHRASES.
5. NE PAS CHANTER DE FAÇON DISTRAITE.
6. NE PAS RALENTIR LE CHANT.
7. RESPIRER CALMEMENT.
8. AVOIR UNE BONNE TENUE.
9. APPRENDRE A « ECOUTER LA PARTITION » AVEC LES YEUX.
10. L’ORGANISTE, accompagnele plus discrètement possible
11. LE MAÎTRE DE CHŒUR doit donner de l’élan au chant, préparer le bon tempo d’une pièce, éviter une direction à deux temps, éviter une direction qui conduirait à briser l’unité des mots et des phrases, éviter de laisser tomber les fins de phrases.

Source http://proliturgia.pagesperso-orange.fr/chant.html

Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce blog est dofollow ! 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top
Boosté par WP-Avalanche