Chanson divine Jesus blood never failed me yet
Spiritualité

Chanson divine Jesus blood never failed me yet

Chanson divine Jesus blood never failed me yet

C’est l’histoire peu commune d’une chanson atypique, judicieusement bricolée, ne ressemblant à nulle autre, transpirant d’une foi joyeuse, profonde, couplée à un air lancinant, une mélopée unique attrapée à la volée, un peu comme on chasse un papillon et qu’on en capture un autre, différent mais non moins intéressant car espèce rarissime.

avec Catherine d’Auxi Voyante Médium et Cartomancienne.

Là où tout devient intéressant ce sont les conditions même de la trouvaille, en pleine rue, au plus profond d’un nid à misère(s)… Ainsi donc, parmi les gueux, existait une complainte déchirante qui sera ensuite sublimée par le génial travail de Gavin Bryars, le même qui déclinera cette œuvre en autant de versions qu’on se demande sans cesse lorsqu’on l’écoute : « Mais où va-t-elle ? Est-ce fini ? Qu’est-ce que cette voix exactement ? Pourquoi ne parvient-on pas à en décrocher ? Pourquoi nous poursuit-elle ? Quel est le visage accroché à cette voix ? ». Que du mystère…

Petit rappel des faits !
En 1971, par un hasard curieux et improbable, un contrebassiste, anglais, Gavin Bryars,  travaille avec un ami documentariste qui filme des clochards du sud-est de Londres du côté de Waterloo Station. Un soir un vieil homme, pas un ivrogne, entonne ces quelques phrases :

“Jesus’ blood never failed me yet
never failed me yet
Jesus’ blood never failed me yet
this one thing I know
for he loves me so”

Le Sang de Jésus ne m’a encore jamais manqué
Encore jamais manqué
Le Sang de Jésus ne m’a encore jamais manqué
Une chose que je sais
Car il m’aime tellement…

Gavin Bryars – Jesus’ Blood (never failed me yet)

I first heard this song on NPR (National Public Radio) in 1993 when they played an excerpt during a critique of the album which had recently been released at…

De retour en studio, Gavin Bryars conserve l’enregistrement avec pour première idée d’en faire une boucle à laquelle il ajouterait un accompagnement. Un matin, il cale la bande dans le studio de l’école d’art où il travaille puis s’absente pour prendre un café. Lorsqu’il revient, le studio, qui bruisse d’habitude d’une animation joyeuse et étudiante, est silencieux. Tout le monde se déplace au ralenti et, dans un coin, quelques personnes pleurent… « Qu’est-ce qui se passe ? » se demande Bryars avant de s’apercevoir que la voix du vieil homme tourne encore en boucle et qu’elle a submergé l’assistance. « J’ai compris alors que la puissance émotionnelle de l’enregistrement était telle qu’il fallait que je fasse très attention à ce que j’allais en faire. »

Il décide de coupler petit à petit le divin morceau à divers instruments, d’où un accompagnement orchestral « qui respecte la noblesse et la foi simple du clochard » (Citation de Bryars). Les instruments entrent, sortent, se croisent, soulignant l’optimisme ou l’ironie des paroles. Il en fera de multiples versions dont celle, 20 ans plus tard, avec le légendaire Tom Waits en superposant les deux voix, celle du clochard et celle du chanteur. Pari réussi, l’œuvre est magnifiée et toujours inclassable mais inoubliable et tellement spirituelle qu’elle en arrache vite quelques larmes…

Peut-on s’imaginer de la part d’un sans-abri ayant tout perdu, qu’il ne martèle sans cesse et fort anonymement sa foi et non une quelconque haine en vertu de sa condition à l’adresse du Ciel ou des hommes, voire des deux ? Non, cet homme psalmodie son Amour, celui qu’il reçoit de son Jésus qu’il aime tant et affirme tout en le chantant qu’il se sent aimé de manière infaillible par celui dont il chante les louanges. Ce qui nous bouleverse grandement dans cette histoire est si fort spirituellement parlant, dans les paroles puis les arrangements ajoutés par G. Bryars, c’est de savoir que ce dernier fit son possible, après une reconnaissance mondiale du genre minimaliste autour de cette œuvre unique en son genre, pour retrouver cet homme à l’origine de tout et dont nul ne savait rien. Après avoir recherché les origines de l’air et des paroles, il était certain que cela n’était pas un cantique, ni un hymne. Sans doute était-ce une improvisation ou un souvenir d’enfance du vieil homme ?

Malheureusement, personne n’avait connaissance de l’identité de ce démuni errant dans les rues de Londres, âgé de 80 ans environ et qui d’après d’autres clochards ne buvait jamais. Bryars conclut logiquement qu’au vu du temps passé, celui-ci était probablement mort sans avoir pu écouter son disque à la renommée mondiale.

Chanson divine Jesus blood never failed me yet ? Y-a-t-il une moralité à tout cela ? Difficile de le dire… Le destin, la Providence qui se mêlent de concert aux sillons de l’expressivité, de la créativité bienheureuse, voilà donc le berceau de notre humanité, je veux parler du dépouillement, de la nudité, là-même où reposent les trésors les plus crus, les plus purs gardés puis offerts au tout-venant sans arrière-pensées mercantiles par des âmes généreuses aux ferments de gentillesses absolus… Attention passants, ici habitent les Anges.

Je ne sais pas ce que nous pouvons en dire de plus, que l’espoir et la grandeur sont aux faîtes de ceux qui n’ont plus rien mais qui ont pour eux, ce cœur si grand, qu’il nous absorberait tout entier. Ceux-là, assurément, méritent leur paradis puisqu’ils le chantent si bien. « Car il m’aime tellement »… qu’il est impossible d’en douter ni pour les autres, ni pour soi-même…

Alors, aimons cet inconnu, aimons les sans-abris, ils sont quelque part nos bergers, ceux qui paient le prix fort pour asseoir notre petit confort. Oui, nous devrions tellement les aimer !

A se le répéter encore et encore…

Riwall Llydaw – Médium Spirite 

avec Catherine d’Auxi Voyante Médium et Cartomancienne.

© Catherine d’Auxi Droits réservés (copyright)

2 Comments

2 Comments

  1. CatCrumble

    4 février 2014 at 10 h 33 min

    Un grand merci pour cette chanson extraordinaire, bouleversante, qui déjà me hante et m’habite, comme une main douce posée sur mon épaule, réconfortante, me disant… continue.
    Merci

  2. Pingback: Message de Jeanne - Esprit relai | Le blog de la voyance

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce blog est dofollow ! 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top
Boosté par WP-Avalanche