Esotérisme et psychologie

Angoisse et hyper sensibilité le Talon d’Achille des Médiums

Angoisse et hyper sensibilité

Le Talon d’Achille des Médiums

Il faut savoir que les angoisses seront là toute sa vie et que seul l’objet ou la nature des angoisses va changer. Il y a une forme d’adaptabilité des angoisses, ce qui permet, en réalité, à l’angoisse de perdurer, en quelque sorte de se nourrir et d’exister.

– l’angoisse, projette dans le futur, par des pensées “je vais avoir des ennuis d’argent, de santé…” .

Pour la « contrecarrer », il convient de se ramener à l’instant présent « ici et maintenant ». Se dire objectivement, comment ça va, tout de suite ?

– Déterminer ensuite la source de l’angoisse, de quoi ai-je peur aujourd’hui ?

Sauf s’il s’agit comme dans bien des cas d’une angoisse sourde, inqualifiable. S’il s’agit par exemple d’une peur liée au monde extérieur, se dire qu’on est en sécurité à l’intérieur de la maison.

– S’il s’agit d’une angoisse sourde, chercher dans les jours précédents ce qui a pu choquer profondément, un événement pouvant apparaître comme anodin mais réveillant douloureusement notre mémoire émotionnelle.

– Pour le domaine professionnel, verbaliser, se dire qu’on a de la chance d’avoir du travail même si tout n’est pas parfait, s’auto-valoriser sans excès mais objectivement.

– Avant de sortir de chez soi, se dire que quoi qu’il arrive, la maison sera toujours là le soir, accueillante. Se dire que rien de mal ne peut se produire au cours de cette journée qui ne soit absolument vital.

– Avoir des projets agréables « ce soir je ferai cela parce que j’aime bien ». Penser à se faire plaisir et projeter ce plaisir dans l’avenir.

– S’ancrer dans la réalité et non dans l’imaginaire et ainsi faire la différence entre les deux. En revanche, pour ne pas brider cet imaginaire qui est source de créativité, s’intéresser à l’expression artistique, peinture, photo, sculpture, écriture…

– Toujours, toujours positiver. Une épreuve, si on la dépasse amène toujours à du positif pour peu qu’on utilise son imagination et un outil de résolution original.

– Comprendre que le fait d’être angoissé ou dépressif finit par lasser les autres. Que faire preuve de confiance en l’avenir est une force.

– Admettre que les autres à ce moment puissent avoir besoin d’imposer des limites à votre expression de mal être et les respecter. Ce n’est pas parce qu’ils en ont assez de vous entendre parler de vos angoisses qu’ils ne vous aiment pas.

– Enfin, ne pas utiliser l’isolement comme un substitut de « bouderie ». C’est un résidu d’enfance car finalement, l’enfant par fierté a beaucoup de difficulté à revenir de lui-même. Etre adulte c’est trouver un prétexte de revenir vers l’autre, sans obligatoirement passer par l’explication.

Certes, il y a aussi de véritables prémonitions, de véritables « alertes » cosmiques et toute la difficulté consiste à ne pas faire d’amalgame entre « je pressens quelque chose qui va se produire » et « je pense qu’il va toujours m’arriver quelque chose de mauvais. »

Pour cela, il convient d’écouter les « signes » mais cela implique d’être dans un état de conscience proche de la non-formation de pensée donc qui évite la pollution par des émotions parasites.

L’hyper sensibilité est pourvoyeuse d’angoisses et de prémonitions réelles mais les prémonitions font très mauvais ménage avec les angoisses.

Catherine d’Auxi – Médium Voyante Cartomancienne  (cliquez sur le nom pour visiter le site de voyance)

Pour consulter Catherine d’Auxi (cliquez sur les liens)

© Catherine d’Auxi  Droits réservés (copyright)

1 Comment

1 Comment

  1. Touria

    21 août 2014 at 16 h 22 min

    Cet article m’a beaucoup apporté et confirme mes ressentis ! Merci Catherine

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Ce blog est dofollow ! 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top
Boosté par WP-Avalanche